Des prêtres mariés ? Prudence !

Écrit par Aceprensa le .

Face au manque de prêtres dans certaines régions, certains voient la solution dans les prêtres mariés, comme dans les Eglises de rite oriental, où il y a des prêtres mariés depuis des siècles. Cependant, Sviatoslav Shevchuk, archevêque de Kiev, à la tête de l’Eglise gréco-catholique d’Ukraine, la plus grande des Eglises orientales en communion avec Rome, a un message élémentaire pour les Eglises de rite latin : « Soyez prudents ».

Dans une interview réalisée par Crux pendant le synode des évêques, on lui a demandé quel conseil il donnerait aux Eglises de rite latin. Voici sa réponse :

« Qu’elles soient prudentes ! Si je devais donner un conseil, je leur dirais que la suppression du célibat sacerdotal ne résout pas le problème. Mon expérience me dit qu’il y a des prêtres saints qui sont mariés… leur sainteté, leur maturité, est un grand trésor, mais elle n’est pas une conséquence directe de leur style de vie. »

Shevchuk signale les difficultés pour la formation de séminaristes qui doivent décider avant l’ordination s’ils vont se marier ou rester célibataires. « Nos séminaires n’acceptent aujourd’hui que des jeunes qui ne sont pas mariés, car il est presque impossible d’assurer une période tranquille de discernement pendant la formation » après le mariage.

Les séminaristes ne peuvent se marier tant qu’ils sont au séminaire. Cependant, dans la seconde partie de leurs études, souvent ils ont une fiancée. Et cela crée des tensions. « Parfois, pendant la formation, il est difficile de centrer l’attention du séminariste sur la communauté, car il y a quelqu’un qui l’attire depuis l’extérieur. »

« Ils doivent décider s’ils vont être des prêtres mariés ou célibataires avant l’ordination diaconale. Il arrive souvent qu’un candidat qui se sent appelé au mariage, à être père, doive attendre des années pour trouver sa future épouse. Beaucoup de nos séminaristes ne sont pas ordonnés car, après avoir achevé leur formation au séminaire, ils vont à Rome pour poursuivre leurs études. Ils ne peuvent être ordonnés que lorsqu’ils ont achevé leurs études. Et on ne peut vivre comme prêtre marié dans un collège sacerdotal à Rome. »

Il y a aussi des difficultés pratiques, explique l’archevêque, dans la formation au sacerdoce d’hommes déjà mariés. « Si un homme marié entre au séminaire, il doit abandonner sa famille pendant six ans. Je me rappelle qu’au début des années 90, lorsque notre Eglise est sortie de la clandestinité, il y avait un grand besoin de prêtres et nous avons accepté tous les candidats au séminaire. Chaque semaine, je voyais la souffrance de ces familles qui étaient privées de père. C’était une tragédie sur le plan humain, spirituel, mais aussi économique. »

« Quand j’ai été nommé recteur du séminaire, avec l’accord de l’évêque, nous avons créé un programme pour les vocations tardives. Si un père voulait commencer sa formation au sacerdoce, s’il avait une formation universitaire, nous l’aidions à s’intégrer dans la communauté du séminaire, mais sans abandonner sa famille. Nous l’aidions à étudier et à recevoir une formation sans abandonner son travail, puisqu’il devait subvenir aux besoins de sa famille. C’était un parcours très personnalisé, que nous pouvions assurer dans notre séminaire. Il a connu un succès partiel, car de ce programme sont issus six prêtres. »

Shevchuk signale que « la crise de la famille affecte également les familles des prêtres. Nos évêques sont préoccupés non seulement par leurs séminaristes mais aussi par leurs fiancées, et nous avons créé un programme adressé à ces femmes. Souvent, après deux ou trois rencontres, elles décident de ne pas se marier avec un prêtre, ce qui peut rendre les choses plus difficiles. »

Source: http://www.aceprensa.com/articles/no-es-facil-contar-con-sacerdotes-casados/. Cet article reprend quelques éléments d’une interview plus large à Mgr Shevchuk, réalisée par John Allen et Inés San Martin et publiée dans Crux sous le titre « Eastern prelate urges ‘prudence’ on married priests ». Ce texte a été traduit de l'espagnol par Stéphane Seminckx.

Tags: Sacerdoce